l’ouverture avec une eau majuscule

Tout l’hiver, on ronge son frein. L’ouverture n’arrive jamais, on la voit si loin. Pourtant Mars arrive et rien n’est prêt, boîtes vides, soies fanées, bas de ligne en tire bouchon…

Tant pis, samedi c’est fête ! JB et moi ce sera l’Ardèche. Parfois les rivières y sont précoces.

Nous voilà au bord de l’eau, c’est beau, juste beau, follement beau, si simplement beau que nous en sommes réduits à nous sourire bêtement, subjugués.

riv1

La voiture garée, on hume l’odeur de pierre froide apportée par le vent, parfois teintée d’un feu de bois au loin. Par dessus le parapet, nos yeux fouillent les fonds, vides…

Au bord de l’eau, nous tressautons de concert, un gobage !!

Je m’y colle, deuxième posé, pendue !!!

1ere

C’est trop beau pour être vrai, malgré les gestes vite retrouvés, le désert.

jb

Les mouches défilent, mais la bise s’invite, heureusement que la poire artisanale est dans le sac, sans quoi, nous aurions gelé sur pieds !

Au autre gobages furtif, et c’est JB qui prendra une très belle zébrée.

zebre

Elle sera suivie d’une consœur, et moi je décrocherai un autre poisson. Trois poissons pour une ouverture, et surtout le bonheur d’être au bord de l’eau.

sousleau

Le lendemain, je furète, j’explore, loin, très loin de la foule des pêcheurs.

ruisseau

Les buissons de ronce, les massifs de buis, les blocs énormes et moussus protègent quelques jolies pépites !

truiteruisseau

Belle ouverture.