pour une mouche…

En fait tout est partie d'une erreur…

Une erreur d'étourderie, de celle dont je suis coutumier. Celle qui faisait hocher la tête de ma grand mère et lui faire dire qu'un jour j'allais oublier ma tête.

Aussi définitivemment atteint que je puisse l'être par la maladie de la pêche, j'ai en effet réussi à me tromper sur la date de la fermeture…

Jusqu'à avant hier j'étais convaincu que ce dimanche 14 sonnait le glas de mes escapades salmonicoles.

Du coup, ça faisait trois mois que j'avais positionné un RTT demain vendredi. Et une semaine que dévoré d'angoisse je regardais la météo, pour constater impuissant le calage parfait d'une dépression orageuse avec le jour choisi pour vivre une dernière belle journée de pêche à la truite.

Pratiquant assidu des sites météo, je comparais, espérais, pour finalement deviner une fenêtre de beau temps après l'orage sur la Lozère.

Avant hier j'ai monté une mouche spéciale pour les rivières paresseuses des eaux plateaux. A la fois sedge et pourquoi pas terrestre quand je la ferai choir depuis les hautes herbes de la rive. Corps constitué d'un enroulement de foam, un soupçon de dubbing jaune sale et une tête et des ailes plutôt réussies en chevreuil. Bref un insubmersible destiné à être projetté contres rives et rochers. Une mouche qui fait quitter l'étau satisfait.

Ce matin, je fourre mes affaires dans le coffre. Mais ce soir je n'irai pas comme prévu en Lozère.

Ho, je pourrais prétexter que la météo prévoit de telles trombes d'eau ce soir que je suis septique pour demain, ou encore que les appels de ce jour m'obligent à une présence au bureau demain. C'est vrai, c'est vrai.

Mais enfin, c'est surtout que j'ai oublié la mouche sur l'étau…

Originally posted 2008-09-11 18:07:00.

8 commentaires.

  1. En fait ce que je voulais souligner, car à vous lire je vois que je suis pas le seul, c'est parfois le côté irrationnel qui nous habite.
    Avec cette mouche j'étais parti pour me taper des orages monstrueux avec un sourire béhat de confiance sur la tronche, sans, le poids de la réalité m'ai tombé dessus d'un coup d'un seul !!

  2. Lol
    Toujours faire les prototype en 2 ou 3 exemplaires. Et hop dans la boite une fois la série fini.
    @+

  3. rigolo. Décidément, il y a des gobeurs (fanfouet ou toi, par ex.) chez qui je me reconnais…
    Un conseil qaund même : monte tes mouches par 2 au moins. Ta fameuse mouche, tu aurais aussi pu la perdre au premier lancer, sans qu'elle touche l'eau (je sais ça m'est arrivé…;-))

  4. Merci pour vos commentaires
    Pierrick, à mon tour de ne pas comprendre ton message. Tout est dans le titre ? mon titre, ou ton titre ? Et dans ce cas là à quoi fais tu référence ??
    Bon en tout cas le truc, c'est qu'une mouche suffisait à me faire partir à perpêt pour une hypothétique journée de pêche, et que son oubli ma ramené à la réalité…
    Allez, demain, j'apprends le peu que je sais à deux supers potes.
    Réservoir sous la pluie, mordus pour la vie !!

  5. Est-ce dû à ce matin brumeux où bien à mon etat de fatigue psychologique avancé ? Mais je n'ai pas bien compris le sens, la subtilité (cachée ?) de ce texte…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.