Retour aux sources

 

L’Ain est un pays de calcaire, où des rivières disparaissent pour se réincarner au contact de couches géologiques plus étanches.

 

La diversité des sols génère un parcours de l’eau mystérieux, ponctué de pertes, de résurgences, d’affleurements de la nappe, de lits de rivière secs. Bras morts, gravières, tourbières viennent encore compléter les milles visages de l’eau dans l’Ain. La chaleur, la fréquence des pluies et les barrages jouent avec cette partition en faisant évoluer naturellement ou artificiellement le niveau des nappes. Le paysage aquatique est sans cesse renouvelé.

 

J’avais repéré de longue date, lors de déplacements professionnels, ces petits rus que personne ne regarde. Recouverts de friches, disparaissant l’été sous la végétation aquatique.

 

En avance mercredi à une réunion, j’en profite pour longer l’un d’eux. Je vois ondoyer plusieurs poissons.

 

Hier je retourne auprès de la source. Le vent dans les arbres me tient à peu près ce discours :

 

« Effaces toi pour ne pas éveiller les curiosités ;

 

Rends à la rivière ce que tu as pris et donne un peu de toi si tu penses que ta présence dans ce sanctuaire est justifiée ;

 

Au signal, tu sauras que la partie de pêche est terminée et que la magie des lieux sera rompue. »

 

Ma curiosité est piquée, et tout en cherchant à comprendre le sens de ces propos je gare la voiture bien en retrait.

 

J’attends qu’aucun véhicule ne fasse entendre son ronronnement avant de m’enfoncer dans le taillis. Pas à pas, branches après branches, je remonte le cours d’eau. Une petite s’enfuit, tant pis.

J’arrive là où j’ai pu apercevoir un beau poisson. Seule cachette possible, un bouquet d’orties dan lequel je me cache en serrant les dents. Je commence à mieux saisir le sens de la deuxième phrase. Je suis littéralement dévoré par les moustiques, qui me prennent du sang et me piquent à la tête, aux bras, aux mains… Et le vent qui faisant ondoyer les orties rajoute à mon châtiment…

 

Je lance un sedge près de la grosse souche, rien… Mais en regardant mon imitation je vois un beau poisson callé contre la berge. Changement de tactique, je mets un petit casque d’or, une pointe d’orange, un corps en quill vert.

 

Premier passage, rien, le poisson ne bouge pas. Par miracle je ne m’accroche pas sur le fond. Deuxième passage, trop à droite mais le poisson se décale soudain et se jette furieusement sur ma nymphe, PENDU !!!!

 

Dans cet espace restreint ma truite grassouillette se tortille et éclabousse l’eau. Je me félicite d’avoir opté pour le 14°°, et voilà le poisson à l’épuisette.

 

Photo, et longue réanimation qui me permet de profiter de la beauté de ce poisson remarquable. Certes pas une pure zébrée, sans doute le croisement d’un amour clandestin entre une locale et un poisson atlantique comme en témoignent les points rouges. Je profite tout de même de ce poisson superbe et gras qui rejoint maintenant un tapis d’herbiers protecteurs.

 

Je continue de remonter le ruisseau. Après quelques arbalètes, j’entame maintenant une progression dans un taillis. Et là, énorme bruit de cavalcade, lourde, de celle provoquée par un animal imposant. Il s’en suit (le temps semble long dans ces moments là) un série de hurlements très graves, des sortes de râles, et ce pendant une à deux minutes…

 

Je tente de monter dans un arbre, mais la gastronomie lyonnaise me cloue au sol. Je prends un véritable coup de peur panique, et après m’être assuré que les cris ne reprenaient pas, je rebrousse chemin au plus vite…

 

Sanglier ? animal fantastique gardien du temple ? ou pêcheur soucieux de préserver cet endroit extrêmement fragile ?

 

En tout cas c’était le signal de la fin de la partie de pêche.

 

Je laisse ce ruisseau retomber dans l’oubli.

Originally posted 2008-07-25 10:51:00.

5 commentaires.

  1. Merci à tous
    Je suis très content de ce poisson, elles sont loins les riquettes de la Corrèze de mon enfance…
    promis Jerôme on ira faire un tour, vu la chaleur qu'il fait je pense que c'est dans ce genre de coin qu'on peut encore avoir un peu d'activités…
    Je viens au fait de débloquer ton message, je sais pas pourquoi il été refusé (et du coup je découvre une nouvelle fonction de mon blog)
    A+

  2. 'tin là c'est vraiment très beau !
    Quelle aventure !!! Un seul mot : excellent !

  3. bein zou c'est que t'as bien pu aller.
    Lol, faudra que tu m'emmene. Cachotier!lol
    Jolie poisson en tout cas, j'ai fait un coup du soir sans voir la queue d'un poisson de mon coté. Zero gobages!

  4. bein zou c'est que t'as bien pu aller.
    Lol, faudra que tu m'emmene. Cachotier!lol
    Jolie poisson en tout cas, j'ai fait un coup du soir sans voir la queue d'un poisson de mon coté. Zero gobages!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *